Politics

une commission d’enquête pour comprendre les raisons de l’accident de train



Publié le :

Le bilan officiel de l’accident de train dans le Katanga fait état de 75 morts, 125 blessés dont 28 avec traumatisme. Les autorités ont mis en place une commission d’enquête alors que certains wagons n’ont toujours pas été relevés. Il est possible que d’autres corps de passagers soit encore sous les tonnes de ferrailles. La compagnie ferroviaire affirme que ces passagers étaient des clandestins.

De notre correspondant à Kinshasa,

Les enquêteurs avec à leur tête Marc Manyanga Ndambo, le directeur des infrastructures de la Société nationale de chemin de fer du Congo (SNCC) ont entamé les auditions.

D’abord auprès des passagers pour comprendre comment ils sont montés à bord du train de marchandises. Mais pour le responsable de la commission d’enquête, un diagnostic technique est aussi essentiel : « Il y a des interrogatoires et il y a une enquête tout à fait technique pour essayer de comprendre pourquoi la dérive, pourquoi il y a eu cette coupure de traction. On va soumettre la locomotive elle-même à une expertise approfondie pour essayer de comprendre ce qui s’est passé ».

Marc Manyanga Ndambo: «La commission d’enquête est là pour comprendre ce qu’il s’est passé»

Les conclusions préliminaires seront communiquées aux autorités avant le weekend. L’accident pourrait ne pas être lié à la vétusté de la voie ferrée selon cet expert et haut cadre de la société ferroviaire, même si près de la moitié du réseau emprunté est en très mauvais état. « Quand vous prenez le chemin de fer, il y a des infrastructures de 1906, de 1933, mais il y a quand même une partie qui a été un peu renouvelée. Vous avez sur 3 641 kilomètres, à peu près 1 500 qui ne sont pas en bon état, explique Marc Manyanga Ndambo. S’il faut les renouveler, c’est pratiquement 1,5 milliard de dollars s’il faut renouveler les 1 500 kilomètres ».

La compagnie est en faillite. Pour survivre, elle a dû se séparer d’un tiers de ses employés durant la dernière décennie. D’après un responsable de la compagnie, rien ne justifie la présence des clandestins dans des trains des marchandises souvent empruntés par des populations pauvres qui vont vers des milieux urbains ou vers les zones minières.


C’est déplorable ces accidents sur le réseau ferroviaire de la SNCC. Je me dis que la vétusté de la voie ferrée emportera toujours des vies humaines si la SNCC ne pense pas à un renouvellement des rails.

Colère de la population à Lubumbashi après l’accident de train

►À lire aussi : En RDC, le bilan de l’accident de train dans le Katanga s’alourdit



Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published.

close