Politics

Un humain peut-il vraiment être ami avec une pieuvre? Et six autres mystères des océans


Si notre planète est recouverte à 70% d’eau, d’où son surnom de «Planète Bleue», il nous reste encore un nombre incommensurable de choses à découvrir sous la surface de l’eau. Certains estiment par ailleurs que nous en savons plus sur la Lune ou sur Mars que sur les abysses de nos propres mers. Aux côtés d’océanographes, de biologistes et d’experts des fonds marins, Vox s’est plongé dans certains des plus grands mystères de nos océans.

Où se cache la pollution au plastique de nos océans?

Commençons à la surface. Nos océans abritent tellement de tonnes de déchets plastiques qu’on parle volontiers de «septième continent» lorsqu’on se réfère à ce phénomène. Néanmoins, si cette pollution flagrante interpelle, celle qui est invisible inquiète encore plus.

«99% de tout le plastique a disparu», explique l’océanographe Erik van Sebille à Vox. «Nous avons du plastique noir. Comme les astronomes ont de la matière noire, nous, les océanographes, nous n’avons aucune idée de l’endroit où se trouve la majeure partie du plastique dans notre océan. Nous l’avons perdu.»

C’est loin d’être une bonne nouvelle. Ce plastique a-t-il disparu parce qu’il a été ingéré par des créatures marines? Quels autres dangers représente-t-il pour les écosystèmes marins? Des questions angoissantes qui restent, pour l’instant, assez floues.

Pourquoi les baleines s’échouent sur les plages?

Les baleines échouées sur les plages font souvent couler de l’encre tant le phénomène est impressionnant. Si ces cas ne sont pas rares à proprement parler, les scientifiques ont tout de même remarqué que le nombre de cétacés échoués en bord de mer avait augmenté au fil de ces cinquante dernières années.

Au vu de la pollution des océans causée par les humains, cette première question en amène donc une autre: sommes-nous responsables de cette aggravation du nombre de cas? «Il est incroyablement compliqué de répondre à cette question», commente Vox. «Bien que nous sachions que les humains affectent l’environnement océanique, il peut être difficile d’analyser comment ces effets affectent les espèces individuelles.»

Un humain peut-il vraiment être ami avec une pieuvre?

En septembre 2020, Netflix diffusait pour la première fois La Sagesse de la pieuvre, un documentaire relatant l’amitié d’un homme avec une de ces créatures à huit bras. Si ce film en avait ému plus d’un, une question subsiste: cette amitié est-elle vraiment possible? On sait que les humains peuvent développer des relations fortes avec leurs animaux de compagnies, mais quid des pieuvres?

Évidemment, impossible de scanner un des neuf mini-cerveaux de la bête pour avoir son avis. Toutefois, pour l’écrivain et journaliste Ferris Jabr, la question reste passionnante. «C’est comme un voyage interstellaire», confie-t-il à Vox. «C’est comme si nous pouvions nous rapprocher au plus près de ce genre de moment de contact extraterrestre.»

Combien de poissons vivent dans la zone crépusculaire?

Aussi connu sous le nom de «twilight zone», ce lieu se situe entre 200 mètres et 1.000 mètres en dessous de la surface des océans. De par sa profondeur, il reste encore grandement méconnu des scientifiques. «La lumière du soleil s’estompe presque complètement et nos connaissances sur ces profondeurs s’estompent également», commente Vox.

Pourquoi est-ce que notre ignorance à son sujet est embêtante? Selon le média américain, il est possible que cette «twilight zone» abrite plus de poissons que toutes les autres zones des océans combinées; mais, surtout, «ces créatures présentes dans la partie sombre de l’océan jouent un rôle important dans la régulation du climat».

Pourquoi autant de créatures marines brillent-elles dans le noir?

C’est ce qu’on appelle plus communément la bioluminescence, c’est à dire «la production et l’émission de lumière par un organisme vivant», explique Les Horizons. La plupart des créatures des fonds marins, là où la lumière du soleil ne pénètre jamais, brillent d’une manière ou d’une autre.

Si on sait aujourd’hui comment fonctionne ce magnifique phénomène chimique, son utilité est encore sujette à de nombreux débats. Est-ce pour communiquer? Pour attirer les proies? Ce ne sont pour l’instant que des théories.

Pourquoi l’océan est-il si peu cartographié?

Seulement 20% du plancher océanique a été cartographié. C’est peu, et c’est encore moins que pour Mars ou la Lune. Comme l’explique Vox, «il y a plus de personnes qui ont participé aux missions Apollo sur la Lune que de gens qui ont visité le Challenger Deep, la partie la plus profonde de la fosse la plus profonde de l’océan».

Si les techniques ont effectivement évolué à travers le temps, notamment par le biais d’informations obtenues via des sonars pouvant alors montrer des vallées et des montagnes cachées au fond des océans, l’exploration reste à ce jour un grand challenge pour les scientifiques.

Est-il possible d’accéder au manteau terrestre en passant par les fonds marins?

Si les scientifiques s’intéressent au fonds marins, ils sont également captivés par ce qui se trouve en dessous du manteau terrestre, ce lieu sous la croute terrestre. Vox raconte qu’il y a soixante ans, un groupe de géologues s’est aventuré à creuser au travers des fonds marins pour accéder à ce fameux manteau.

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

Tandis que la mission originale a échoué, les techniques de forage utilisées à l’époque sont aujourd’hui employées pour prélever des échantillons en provenance des fonds marins. Le «voyage au centre de la terre» sera néanmoins pour plus tard.



Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published.