Politics

Roland-Garros: Swiatek est “encore plus fière qu’en 2020”


Après un premier titre surprise en 2020 dans un quasi-huis clos, Iga Swiatek s’est dite “encore plus fière” samedi après avoir remporté Roland-Garros pour la deuxième fois et “prête à faire la fête encore plus”.

QUESTION: Que ressentez-vous après ce titre par rapport à celui de 2020 ?

REPONSE: “C’est très différente parce que je me sens prête, cette fois, pour ce qui va arriver. Je suis mieux préparée, plus solide. Il y a deux ans, ça avait été mouvementé. Là, je me sens même prête à faire la fête encore plus. En 2020, une fois la balle de match gagnée, j’ai ressenti de la confusion parce que je n’avais jamais vraiment cru à 100% pouvoir remporter un tournoi du Grand Chelem. Cette fois, c’est le résultat d’un gros travail. Je sais mieux ce que c’est que de gagner un tournoi du Grand Chelem, ce qu’il faut faire pour y parvenir, à quel point chaque pièce du puzzle doit se mettre en place et qu’il faut que tout dans mon jeu fonctionne. En sachant ça, je suis encore plus heureuse et fière de moi cette fois qu’en 2020 parce qu’alors, je m’étais juste sentie chanceuse. Cette fois, je sens que j’ai vraiment fait le boulot. L’entrée sur le court était aussi plus agréable, il était plus facile de me concentrer parce que quand le stade est vide (comme en 2020 en raison du huis clos lié au covid), on s’entend réfléchir. Là, on peut s’appuyer sur le public, et quand on est stressé, l’écouter pour ne pas entendre toutes les pensées parasites qu’on peut avoir. En plus, voir les drapeaux polonais et savoir qu’il y a des gens qui sont là pour moi, qui crient mon nom, c’est une grande émotion. C’est difficile à décrire, mais ça donne vraiment beaucoup, beaucoup d’énergie.”

Q: Vous êtes devenue multi-lauréate de Roland-Garros comme votre modèle Rafael Nadal, qu’y a-t-il à apprendre de lui dans sa capacité à répéter l’excellence ?

R: “Sa sérénité par rapport à tout ce qui se passe autour de lui. Parce que parfois dans les têtes, beaucoup de joueurs suranalysent tout. Nous faisons de ces finales des montagnes qui tout à coup rendent nos vies tristes si nous les perdons. J’ai l’impression que tous ces grands champions acceptent d’une certaine manière la possibilité de la défaite. Je me souviens l’an passé quand +Rafa+ a perdu en demi-finale, je l’ai croisé le jour suivant au petit-déjeuner à l’hôtel et je lui ai dit que j’avais pleuré toute la soirée parce qu’il avait perdu. Il était assis et a dit quelque chose comme +Oh, c’est juste un match de tennis, tu sais. Tu gagnes, tu perds. C’est normal+. Ca peut sembler facile mais tout le monde ne peut pas absorber ces grands moments comme si c’était seulement un autre match. C’est quelque chose de spécial.”

Q: Comment gérer la pression ?

R: “C’est la partie la plus compliquée de la vie de joueuse. On voit dans les tournois du Grand Chelem qu’il y a beaucoup de surprises. Ce n’est pas facile de faire face à cette atmosphère particulière et à la pression parce que tout le monde se prépare toujours spécialement pour ces tournois. Moi, j’ai ressenti ce poids. La chose la plus difficile est ne pas trop analyser, ne pas se laisser penser à tous les chiffres et à toutes les probabilités. J’y arrive depuis quelques mois maintenant mais c’est sûr que les deux semaines ici ont été plus difficiles, aussi parce que vous (les journalistes) n’arrêtez pas de me rappeler tout ça (sourire). Mais ça fait partie du travail et je m’améliore (…) Le jour de repos (vendredi) a été presque le moment le plus dur parce qu’on ne peut pas s’empêcher de penser au match, à l’adversaire. On veut rester serein mais c’est difficile.”

Q: Comment expliquez-vous votre réussite exceptionnelle en finale ?

La joie de la Polonaise Iga Swiatek victorieuse de Coco Gauff en finale du tournoi de Roland-Garros, le 4 juin 2022  (AFP - Anne-Christine POUJOULAT)
La joie de la Polonaise Iga Swiatek victorieuse de Coco Gauff en finale du tournoi de Roland-Garros, le 4 juin 2022 (AFP – Anne-Christine POUJOULAT)

R: “J’essaie de la considérer comme n’importe quel autre match, ce qui est presque impossible parce qu’il y aura toujours plus de stress et que vous sentez que le tournoi se termine et que c’est le dernier match, et que vous voulez bien finir. Mais j’imagine que j’accepte ça un peu mieux et j’essaie de m’appuyer sur mes forces. Je sais aussi que mes adversaires vont être stressées également. Alors j’essaie de ne pas paniquer et d’être moins stressée qu’elles.”

Q: De quoi êtes-vous le plus fière ?

R: “Ca va peut-être paraître bizarre, mais obtenir cette 35e victoire (consécutive) et faire quelque chose de mieux que Serena (Williams), c’est particulier. J’ai toujours voulu détenir un record, et en tennis, c’est très difficile après la carrière de Serena. Et la série va peut-être être encore plus longue…”

Propos recueillis en conférence de presse



Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published.

close