Politics

Prix du gaz : un maire obligé de fermer la piscine municipale



Les nageurs d’Oissel-sur-Seine, en Seine-Maritime, vont devoir se trouver un autre bassin. Comme le rapportent BFMTV et TF1 Info, la municipalité a pris la décision de fermer la piscine de la ville pendant six semaines. La raison ? Son coût de fonctionnement et plus particulièrement le montant de la facture de gaz pour la chauffer. “L’année dernière, on a payé 40.000 euros. Mais avec la flambée des prix du gaz, cette fois-ci, nous payons 165.000 euros !” explique Stéphane Barré, maire PCF d’Oissel-sur-Seine, au micro de BFMTV.

Une hausse de plus de 120.000 euros en un an, soit quatre fois plus que l’année précédente. Une addition beaucoup trop salée qui met en péril la commune. “Ça met son budget de fonctionnement en risque de déséquilibre, donc il fallait prendre des mesures d’urgence. Elles ne sont pas prises de gaieté de cœur. Mais si on ne voulait pas augmenter les impôts de manière drastique, il fallait faire des choix”, déplore auprès de TF1 l’édile.

Pour réduire encore plus la facture, la mairie a d’ores et déjà adapté son quotidien, en baissant d’un degré la température dans les bâtiments administratifs, sportifs et dans les salles festives. Ce qui devrait représenter une économie de 50.000 euros pour la Ville. Un choix que comprennent en partie les administrés, même si la fermeture de la piscine a bien du mal à être acceptée. “C’est triste pour le scolaire, pour les enfants, pour la vie active d’Oissel, c’est dommage”, déplore une habitante au micro de TF1.

En témoignant auprès de nos confrères, Stéphane Barré a surtout voulu tirer la sonnette d’alarme. “Nos communes sont en train de crever. Il faut les aider. On ne peut pas supporter toutes les taxes. On ne peut pas être la variable d’ajustement”, insiste le maire, qui demande au Gouvernement la mise en place d’un bouclier tarifaire pour les municipalités, à l’image de celui pour les particuliers.





Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published.