Politics

Présidentielle 2022 : le plan d’action de Jean-Luc Mélenchon pour lutter contre la pauvreté



L’élection présidentielle d’avril 2022 approche à grands pas. Au sein d’une gauche morcelée, source de nombreuses tensions, Jean-Luc Mélenchon s’en sort le mieux, et assez nettement. Dans les sondages, le candidat Insoumis est crédité d’environ 10 % des intentions de vote, quand ses autres concurrents peinent à atteindre 5 %. Avec son Union populaire, le député souhaite placer la focale sur la précarisation d’une partie de la société, encore aggravée par la pandémie de Covid-19. C’est ainsi que le JDD révèle, dimanche 20 février, son plan d’action pour lutter contre la pauvreté, cinquième volet des différents plans thématiques de Jean-Luc Mélenchon.

“Personne ne peut vivre durablement sur un îlot protégé dans un océan de malheur, sauf à attiser la confrontation. Nous faisons résolument le choix de l’entraide”, expose le document, précise l’hebdomadaire. L’objectif du candidat est de faire en sorte qu’aucun Français ne vive en dessous du seuil de pauvreté, estimé à 1.063 euros par mois (soit 60 % du revenu médian en France, d’après l’Insee). Ainsi, en complément des salaires, aides et minima sociaux, Jean-Luc Mélenchon souhaite instaurer une “garantie d’autonomie”. Celle-ci, développe le JDD, sera valable dès 18 ans pour les personnes fiscalement indépendantes de leurs parents, et à partir de 16 ans pour les jeunes étudiants en filière professionnelle.

Autre point important pour le candidat de l’Union populaire : le non-recours aux aides, à savoir ces personnes éligibles à des aides, mais qui, pour diverses raisons, ne les perçoivent pas. “Aujourd’hui, ce non-recours est un gain économique pour l’État. On ne parle pas d’une petite somme, mais de 3,6 milliards d’euros par an”, objecte Clémence Guetté, partie prenante de l’Avenir en commun, le programme du candidat. Cette dernière ajoute qu’il conviendra de “budgéter les sommes non dépensées et de les consacrer entièrement à l’accompagnement social”.

Jean-Luc Mélenchon souhaite également interdire les coupures de connexion internet pour permettre à chacun de rester connecté et de “pouvoir exister”. De même, il ne sera plus possible d’interdire l’entrée à la cantine d’un enfant pour qui ses parents ne se seraient pas acquittés des factures à ce sujet. Enfin, “à moins de quinze minutes” du domicile des Français seront installées des permanences pour l’accompagnement en ce qui concerne les aspects sociaux. Clémence Guetté déplore “l’extrême pauvreté dans [le] pays” et qu’”Emmanuel Macron a mené une politique en faveur des plus riches au détriment des plus pauvres”. Le coût sera révélé le 12 mars prochain par Jean-Luc Mélenchon, il n’est pas encore chiffré précisément, écrit le JDD, mais les équipes du candidat mettent en avant le montant de 51,19 milliards d’euros, correspondant au prix de notre “dignité collective”.





Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published.

close