Politics

nouvelle plainte déposée contre une deuxième gamme de pizzas Buitoni


L’usine Buitoni de Caudry, dans le nord de la France, le 1er avril 2022.

Après le lien établi entre des pizzas Fraîch’up de la marque Buitoni (Nestlé) et certains cas de contaminations à la bactérie Escherichia coli (E. coli) chez des enfants français, une nouvelle plainte a été déposée à Perpignan contre Buitoni par une femme qui est tombée malade après avoir consommé une pizza d’une gamme différente de celle déjà visée par une enquête, a annoncé jeudi 5 mai l’avocat de la plaignante, Pierre Debuisson.

« Il s’agit d’une mère de famille qui a consommé une pizza de la gamme Bella Napoli le 27 mars et a été hospitalisée le 29 pendant six jours », a rapporté Me Debuisson. « Les résultats d’analyses ont révélé la présence de la bactérie Escherichia coli », a-t-il précisé, comme pour les contaminations précédentes liées à la gamme Fraîch’Up, et d’une autre bactérie, Shigella.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés De Lactalis à Buitoni, l’insuffisance des contrôles menace la sécurité sanitaire

Cette mère de famille de 34 ans, qui réside à Perpignan et est « toujours très fatiguée un mois après », a déposé plainte mercredi pour « blessures involontaires », a affirmé son avocat. Deux jours après avoir mangé la pizza, la mère de famille a ressenti plusieurs symptômes (douleurs dans le bas du ventre, vomissement et fièvre) avant d’être hospitalisée et placée sous morphine. « Je n’ai jamais connu une douleur comme ça », a-t-elle raconté à la chaîne BFM-TV, qui a révélé ce qui ressemble à un nouveau scandale alimentaire jeudi.

« Son mari a contacté Buitoni pour demander le retrait de la pizza sans avoir de réponse, et il a contacté le service de sécurité et qualité sanitaire de l’alimentation, qui a simplement dit avoir transmis l’information à l’ARS [agence régionale de santé] », explique Me Debuisson, déjà engagé dans la défense de plusieurs familles touchées par E. coli.

Enquête ouverte

Cette plainte survient quelques semaines après l’ouverture d’une enquête le 22 mars par le parquet de Paris pour « tromperie sur une marchandise, exposition ou vente de produits alimentaires corrompus ou falsifiés et nuisibles pour la santé, mise sur le marché d’un produit préjudiciable à la santé, mise en danger d’autrui, blessures involontaires et homicides involontaires ».

La gamme Fraîch’Up de Buitoni, marque du groupe Nestlé, est visée, alors que cinquante cas de contaminations à la bactérie E. coli avaient été confirmés, dont certains liés à la consommation de pizzas Buitoni.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés La discrétion de Nestlé face au scandale d’enfants malades pour avoir consommé des pizzas contaminées

Les autorités de santé rappellent la nécessité de consulter un médecin en cas d’apparition, dans les dix jours après la consommation de la pizza, de diarrhées, de douleurs abdominales ou de vomissements. La consultation s’impose aussi si, dans les quinze jours, apparaissent des signes de grande fatigue, de pâleur ou une diminution du volume des urines, qui deviennent plus foncées. « En l’absence de symptômes dans les quinze jours suivant la consommation, il est également rappelé qu’il n’y a pas lieu de s’inquiéter », précise la direction générale de la santé.

Le Monde avec AFP



Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published.