Politics

Mort de l’influenceuse MavaChou, les réseaux sociaux sous le choc


L’influenceuse et Youtubeuse MavaChou a été annoncée morte jeudi soir par ses proches. Elle avait dernièrement pris ses distances avec les réseaux sociaux, se disant harcelée.

C’est un message sur Facebook, publié par sa meilleure amie, qui a annoncé la terrible nouvelle. L’influenceuse et Youtubeuse MavaChou, de son vrai prénom Maëva, est morte à 27 ans. Cette maman de quatre enfants s’était fait connaitre à partir de 2015, partageant à ses abonnés son quotidien et sa vie de famille. Elle était notamment suivie par plus de 140 000 fans sur YouTube et 80 000 sur Instagram. Dans son message, son amie demande à chacun «de respecter sa famille en ne cherchant pas à en savoir plus».

Mais, sous le choc, les réseaux sociaux ont exprimé leur stupeur, rappelant les difficultés que la jeune femme vivait au quotidien, victime de harcèlement en ligne. Le blogueur Jeremestar, désormais engagé dans la lutte contre ce fléau, a écrit : «Encore un décès à cause du harcèlement». «J’ai été en contact toute la journée avec ses proches et en accord avec eux et par respect pour leur deuil, je ne donnerai pas de détails sur les circonstances terribles qu’ils m’ont racontées. Mais aujourd’hui, je suis en colère et je me dois d’en parler pour continuer cette lutte contre le harcèlement que j’essaie de mener chaque jour», a-t-il ajouté. Il rappelle que depuis 2015, «Maëva était victime de harcèlement en meute sur les réseaux sociaux et au cœur de polémiques incessantes». Il dit lui avoir parlé récemment. Une discussion au cours de laquelle la jeune femme aurait expliqué ne plus supporter «la haine permanente». «Un jour il va y avoir un drame, c’est pas faute d’avoir alerté», lui aurait-elle confié un jour.

Sur YouTube, elle avait publié une vidéo la semaine dernière dans laquelle elle parlait à ses abonnés, leur indiquant ne pas «être en grande forme depuis deux ans» et disant avoir choisi de se retirer des réseaux sociaux quelques temps. «Il y a des jours où ça va aller très bien et des jours où ça va aller très mal», a-t-elle commenté. La jeune femme qui avait également participé à l’émission «On a échangé nos mamans» était harcelée au point que des internautes s’étaient mis à l’espionner chez elle, ou à appeler l’école de ses enfants, rapporte «Le Parisien», qui relatait en mars dernier cette histoire. La pression sur sa famille avait pris une tournure dramatique après sa rupture avec le père de ses enfants, Adrien.

Toute reproduction interdite





Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published.