Sports

Monty Williams veut récompenser les joueurs qui ne manquent aucune rencontre | NBA


Cette saison, Chris Paul et Mikal Bridges ont disputé l’intégralité des rencontres (58) des Suns. C’était déjà le cas pour l’ailier la saison passée, ainsi que pour les deux saisons précédentes. En clair, après presque quatre saisons, Bridges n’a encore jamais manqué un match de sa carrière NBA !

Une régularité que voudrait souligner son coach, Monty Williams, qui juge que l’on parle trop souvent des joueurs qui manquent des matches, pour se reposer dans le cadre du « load management », plutôt que de ceux qui les avalent.

« On devrait trouver une façon de les récompenser », explique l’entraîneur de Phoenix pour l’AZ Central. « Je ne veux pas pénaliser ceux qui sautent des matches, mais il faut récompenser ceux qui jouent tous les soirs. On parle toujours de ceux qui ne jouent pas et je ne veux pas aller sur ce terrain-là car je ne veux manquer de respect à personne. »

Dès lors, comment les récompenser ? Surtout qu’ils ne sont pas nombreux : la saison passée, seuls onze joueurs, dont Bridges et le MVP Nikola Jokic, ont disputé les 72 rencontres de la saison régulière.

« Pour moi, ça devrait pouvoir se faire avec le salary cap. Je ne sais pas si c’est possible, mais ils le méritent : ils sont là tous les soirs, ils savent qu’ils ont une responsabilité de jouer devant le public, de donner à leur franchise. Après, on va me dire qu’ils sont déjà très bien payés et que c’est pour ça qu’ils gagnent autant : pour jouer tous les soirs et être bons. »

Le coach des finalistes 2021 souhaite au moins payer en symbolique ces joueurs qui parviennent à jouer l’intégralité de la longue saison régulière NBA.

« On doit trouver un moyen, même si c’est simplement en parler un peu, car pour l’instant, on ne parle que des joueurs qui ne jouent pas certains matches. Et il y a des joueurs qui, eux, estiment que c’est un manque de respect pour leur sport de ne pas jouer quand ils le peuvent. D’une manière ou d’une autre, il faut récompenser ces gars-là. »



Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published.

close