Sports

March Madness | L’effet Drew Timme trop puissant pour Memphis


Le Moda Center était tendu à la mi-temps du deuxième tour de la région Ouest entre Gonzaga et Memphis. Les Bulldogs évoluaient ainsi quasiment à domicile mais les Tigers étaient en tête (41-31).

Drew Timme a alors réuni ses camarades avant de rentrer au vestiaire. Son message ? « Peu importe ce qu’il se passe, peu importe le score, la victoire ou la défaite, ça pourrait être les vingt dernières minutes de basket qu’on joue de notre vie, donc on doit y aller pour ne pas avoir de regrets ». C’était en tout la version polie du speech…

Le discours a en tout cas motivé son propre messager qui, après une première mi-temps à 4 points (1/3 au tir), a pris le contrôle du match au retour des vestiaires, en inscrivant 14 des 16 premiers points de son équipe pour ramener son équipe à une possession. En face, Penny Hardaway ne pouvait que constater les dégâts.

« On aurait dit qu’il avait tous les rebonds offensifs, toutes les fautes et tous les paniers pour eux durant ce laps de temps », décrivait le coach des Tigers sur le retour des vestiaires. « Nous l’avons souvent vu à la télévision, on l’a vu être si dominant, mais le voir en personne… En plus, il a juste réussi des tirs fantastiques. La défense était pourtant excellente mais il les mettait. C’est pour ça il est qui il est. »

Gonzaga retrouvera Arizona au prochain tour

Drew Timme finit ainsi le match avec 25 points (10/16), 14 rebonds et 4 passes, pour effacer un nouveau départ très moyen de son équipe. Bien aidé par Andrew Nembhard (23 points) et Rasir Bolton (17 points), les trois hommes ayant compilé 42 des 51 points de Memphis en deuxième mi-temps, il permet à Gonzaga de filer au Sweet Sixteen.

« La façon dont nous nous sommes battus en début de deuxième mi-temps, je pense que c’est ce que nous sommes », a de son côté expliqué Mark Few, l’entraîneur de Gonzaga. « Et puis nous avons fait un excellent travail jusqu’à la fin en exécutant toutes nos actions de fin de match ».

À l’ancienne, « l’effet Drew Timme » comme l’a décrit Penny Hardaway a donc eu raison des Tigers (82-78), plombé par les fautes, à l’image du prospect Jalen Duren, limité à 19 minutes (7 points, 7 rebonds). Côté Gonzaga, Chet Holmgren a lui aussi été pas mal ralenti par les fautes, bouclant la partie avec 9 points, 9 rebonds et 4 contres.

Les Bulldogs retrouveront les Razorbacks d’Arizona, vainqueurs de New Mexico State (53-48) au prochain tour, alors que la saison (agitée) des Tigers prend fin, les carrières universitaires de Jalen Duren et Emoni Bates (5 points à 2/7), ce dernier n’ayant pourtant pas montré grand-chose cette saison, étant sans doute terminées.



Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published.