Sports

Malgré les galères, Damian Lillard ne perd pas de vue son objectif ultime | NBA


Cette année, et pour la première fois depuis la saison 2012/13, soit la première de Damian Lillard en NBA, les Blazers risquent de rater les playoffs. Il faut dire que, malgré un léger mieux depuis le passage à 2022 (12 victoires et 12 défaites), leur campagne a été tout sauf facile.

Entre les blessures de CJ McCollum puis Damian Lillard, qui ont engendré des résultats médiocres (13 victoires et 22 défaites, fin décembre), une défense encore en chantier malgré les déclarations initiales de Chauncey Billups ou un remaniement important de son effectif à la « trade deadline », Portland a longtemps enchaîné les déconvenues.

C’est d’ailleurs pour ces raisons que Damian Lillard s’est résigné à se faire opérer des abdominaux, à la mi-janvier. Une blessure qu’il traînait depuis environ quatre ans et qui n’a cessé de s’aggraver avec le temps. Malgré toute sa volonté, et sa fierté, « Dame » a donc été contraint de laisser sa franchise se débrouiller sans lui.

« J’en suis arrivé à un point où j’ai réalisé que mon esprit voulait que mon corps fasse quelque chose qu’il ne pouvait plus faire », raconte celui qui n’avait jamais raté plus de 10 matchs dans une saison, avant celle-ci. « Ne pas être en bonne santé fut compliqué pour moi, car je l’ai toujours été depuis mon arrivée dans la ligue. Mais, à ce stade de ma carrière, je devais prendre une décision en pensant au futur, pas au présent. D’autant plus au regard des résultats que nous avions. Et ça a été logique pour moi de prendre cette décision. Tant pour l’avenir, que pour ma santé ou pour offrir à l’équipe une vraie de chance de faire quelque chose [dans le futur]. »

Un grand ménage nécessaire

Pierre angulaire du projet des Blazers, Damian Lillard a cependant vu partir plusieurs de ses coéquipiers, ce mois-ci, car l’équipe semblait être arrivée en fin de cycle. À commencer, bien sûr, par CJ McCollum, son partenaire de toujours, avec qui il a noué une amitié sincère et avec lequel il a tout connu.

Attendu depuis plusieurs semaines, pour ne pas dire plusieurs mois, ce transfert était nécessaire pour permettre à la franchise de l’Oregon de repartir sur de bonnes bases, financièrement. Et le meneur aux six sélections au All-Star Game en était conscient, bien que le départ du MIP 2016 laisse un grand vide.

« L’aspect le plus positif de toute cette histoire, c’est le fait que nous ayons gagné en flexibilité financière, car elle nous donnera la possibilité d’améliorer réellement l’équipe, de la rendre encore meilleure qu’avant », estime le franchise player de Portland, que l’on pourrait ne pas revoir avant l’exercice 2022/23. « D’autant que nous avons déjà pas mal de talent dans l’équipe et que nous avons acquis plusieurs bons joueurs. C’est donc le plus gros point positif à en tirer, mais il faudra néanmoins que l’on puisse mettre les choses et nos idées en place. »

Avec Anfernee Simons, Josh Hart, Nassir Little et Keon Johnson, voire Jusuf Nurkic et Justise Winslow s’ils sont conservés et continuent d’enchaîner les matchs, les Blazers disposent d’une base intéressante pour entourer Damian Lillard, désireux de ne pas repartir complètement de zéro. Ne restera simplement qu’à la compléter lors de la prochaine « free agency ».

Seul bémol : Portland n’a jamais été une destination privilégiée par les « free agents » et il faudra probablement sortir le chéquier pour en attirer quelques-uns. D’où l’importance d’assainir les finances.

La loyauté comme maître-mot

Quoi qu’il en soit, tel un Dirk Nowitzki en son temps ou plus récemment un Giannis Antetokounmpo, Damian Lillard a tenu à exprimer de nouveau sa volonté de gagner dans l’Oregon, au sein de son équipe de toujours. Même s’il prend le risque de finir sa carrière sans bague, comme d’autres légendes avant lui…

« Je suis loyal envers ce en quoi je crois », déclare celui qui ne manque pas d’attirer l’oeil de plusieurs autres franchises. « J’adore vivre à Portland et jouer pour les Blazers. Je suis à la base de la construction de [ce projet], car je suis là depuis dix ans. J’ai connu les changements et le succès ici. Et je sais ce qui signifierait vraiment quelque chose dans mon coeur : ramener un titre ici. Voilà pourquoi je suis si attaché à cette ville. C’est mon ressenti personnel et ma façon de faire. Je resterai donc engagé tant que ce sera mon objectif. »

L’intersaison 2022 sera ainsi à surveiller de très près pour ces Blazers, qui semblent être arrivés à un tournant de leur histoire. Car, même si Damian Lillard est encore sous contrat jusqu’en 2025, le temps presse pour le joueur de bientôt 32 ans, qui ne peut plus se permettre de perdre ne serait-ce qu’une année, à ce stade de sa carrière…

Damian Lillard Pourcentage Rebonds
Saison Equipe MJ Min Tirs 3pts LF Off Def Tot Pd Fte Int Bp Ct Pts
2012-13 POR 82 39 42.9 36.8 84.4 0.5 2.6 3.1 6.5 2.1 0.9 3.0 0.2 19.1
2013-14 POR 82 36 42.4 39.4 87.1 0.4 3.1 3.5 5.6 2.4 0.8 2.4 0.3 20.7
2014-15 POR 82 36 43.4 34.3 86.4 0.6 4.0 4.6 6.2 2.0 1.2 2.7 0.3 21.0
2015-16 POR 75 36 41.9 37.5 89.2 0.6 3.4 4.0 6.8 2.2 0.9 3.2 0.4 25.1
2016-17 POR 75 36 44.4 37.0 89.5 0.6 4.3 4.9 5.9 2.0 0.9 2.6 0.3 27.0
2017-18 POR 73 37 43.9 36.1 91.6 0.9 3.6 4.5 6.6 1.6 1.1 2.8 0.4 26.9
2018-19 POR 80 36 44.4 36.9 91.2 0.9 3.8 4.6 6.9 1.9 1.1 2.7 0.4 25.8
2019-20 POR 66 38 46.3 40.1 88.8 0.5 3.8 4.3 8.0 1.7 1.1 2.9 0.3 30.0
2020-21 POR 67 36 45.1 39.1 92.8 0.5 3.8 4.2 7.5 1.5 0.9 3.0 0.3 28.8
2021-22 POR 29 36 40.2 32.4 87.8 0.5 3.7 4.1 7.3 1.3 0.6 2.9 0.4 24.0
Total   711 36 43.7 37.3 89.3 0.6 3.6 4.2 6.7 1.9 1.0 2.8 0.3 24.6



Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published.

close