Politics

l’inquiétude monte chez les déplacés, de plus en plus nombreux dû aux gangs



Publié le :

La capitale haïtienne Port-au-Prince reste en état de siège : même si les affrontements entre gangs dans la banlieue nord, ont cessé pendant quelques heures jeudi 5 mai, la situation sécuritaire reste très précaire. Au moins 39 civils ont été tuées en à peine 12 jours dans cette zone, que plus de 9 000 habitants ont fuie dans la précipitation. Forcés d’abandonner tout derrière eux, ils s’inquiètent pour leur avenir.

Avec notre correspondante à Port-au-Prince, Amélie Baron

Un jeune homme et sa famille ont entendu les rafales de tirs à proximité pendant une semaine, mais ils pensaient être épargnés des violences en restant dans leur maison. Dimanche 1er mai, les membres d’un gang sont toutefois arrivés à quelques mètres de chez eux : il a fallu fuir dans l’urgence.

« Je n’avais en tête que l’idée de partir le plus loin possible de là où j’étais, sans aucune destination précise, raconte-t-il. J’ai juste couru. Je n’ai pas voulu aller là où je suis actuellement. Dans la précipitation, en courant, puis en prenant une moto, avec ma famille, on est finalement arrivés à un endroit où on a pu réfléchir. On a appelé un ami qui habitait la zone, pour y passer la première nuit. Ensuite, on a pris une voiture pour se réfugier dans un autre endroit. »

Parti uniquement avec ses pièces d’identité et les habits qu’il portait sur le dos, le jeune homme reste paniqué et frustré :

« Je ne peux pas dire que je suis à l’aise là où je suis, je ne peux pas être à l’aise, je ne suis pas chez moi. Je ne sais même pas si ma maison est intacte, si on a volé quelque chose, car je ne sais pas si on a fermé la porte, verrouillé la barrière avant de fuir. On me dit qu’il commence à y avoir des cambriolages. »

Incapable de savoir s’il pourra un jour rentrer chez lui, ce jeune s’inquiète du pouvoir grandissant des gangs. Après le quartier de Martissant, et désormais la plaine, il se dit que toute la ville est menacée.

 À lire aussi : Guerre des gangs au nord de Port-au-Prince: «Les gens sont tués, les maisons incendiées»



Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published.