Politics

Les chiens sont en deuil lorsqu’un compagnon canin meurt


La perte d’un animal de compagnie est dévastatrice pour une famille, mais une nouvelle recherche démontre que le deuil ne serait pas réservé aux êtres humains. Les autres chiens du foyer peuvent eux aussi ressentir de la tristesse, et cela transpire dans leur comportement.

Une équipe de recherche italienne s’est penchée sur le sujet afin de déterminer si les chiens pouvaient être en deuil. Son étude a porté sur 426 propriétaires de plusieurs chiens. Elle a révélé que lorsqu’un des animaux meurt, les autres sont susceptibles de changer d’attitude. Cette conclusion ne paraîtra certainement pas surprenante aux maîtres et maîtresses de chiens, mais l’étude représente une étape vers la reconnaissance d’un aspect des soins aux animaux qui a été sous-estimé.

«Ces résultats indiquent qu’un chien peut montrer des schémas comportementaux et émotionnels liés au deuil lorsqu’un congénère proche meurt. Certains aspects de ce dernier peuvent être liés à l’état émotionnel du propriétaire», indique l’équipe de scientifiques dirigée par Federica Pirrone de l’Université de Milan.

Les comportements de deuil chez les animaux ne sont pas une nouveauté. D’anciennes recherches ont déjà montré que des espèces comme les chimpanzés, les dauphins ou encore les éléphants pouvaient ressentir des sentiments forts à la mort d’un congénère. Mais l’étude de ce déchirement chez les espèces domestiquées est une première.

Des changements de comportement

Federica Pirrone et ses collègues ont demandé aux 426 participants ayant récemment perdu un de leurs chiens d’expliquer comment leur autre chien avait réagi.

Les conclusions ont révélé que le comportement de la majorité des toutous a changé. 6 à 8% des maîtres ont raconté que leur chien était devenu plus discret et en manque d’affection.

En effet, le changement de comportement le plus notable, évoqué par 67% des propriétaires, était l’augmentation de la recherche d’attention. La baisse d’envie de jouer a également été signalée à 57%. Les propriétaires ont aussi noté que leurs animaux passaient plus de temps à dormir et remarqué davantage de signaux de peur (35% pour ces deux critères). Enfin, 32% ont constaté une baisse de l’appétit et 30% plus de gémissements ou d’aboiements.

La relation entre les chiens eux-mêmes ou avec leur propriétaire influence le chagrin ressenti par l’animal. Si la durée de cohabitation ne change rien, la complicité fait tout. Lorsque les chiens étaient amis, le chagrin serait plus fort, et si le chien et son maître sont proches, le premier calera ses émotions sur celles du second.

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

Il n’est cependant pas possible sur la base de cette enquête de tirer une conclusion définitive: d’autres facteurs pourraient influencer le comportement des chiens. Les scientifiques assurent qu’une enquête plus approfondie permettrait de savoir comment aider les chiens dans cette transition douloureuse.



Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published.