Politics

Le pape François promulgue sa réforme de la curie romaine


Le pape François, au Vatican, le 2 mars 2022.

Le pape François a promulgué, samedi 19 mars, la nouvelle Constitution apostolique de la curie romaine à laquelle il travaille depuis son élection, le 13 mars 2013, et dont la parution était attendue depuis longtemps. Intitulée Praedicate Evangelium (« Annoncez l’Evangile »), elle remplace la Constitution Pastor Bonus, publiée par Jean Paul II en 1988. Renouvelant le fonctionnement de l’administration romaine, ce texte est en quelque sorte le testament de François sur le gouvernement de l’Eglise catholique, qu’elle sera tenue d’appliquer à partir du 5 juin et dans les décennies à venir. La réforme de la curie était l’un des dossiers jugés prioritaires par les cardinaux lors du conclave de 2013.

Une partie des réformes instituées par les deux cent cinquante articles sont déjà entrées en application au fil du pontificat

En réalité, une partie des réformes instituées par les deux cent cinquante articles sont déjà entrées en application au fil du pontificat, mais de manière éparse. Des dicastères (les départements de la curie) ont été regroupés, d’autres remaniés, la gouvernance économique a connu un commencement de rationalisation, un laïc a été nommé à la tête de la communication… Cette fois, regroupées dans un seul texte de cinquante-quatre pages, les nouvelles dispositions s’ordonnent clairement autour des quelques principes directeurs mis en avant par François depuis neuf ans, et qui s’en trouvent, de ce fait, renforcés.

Lire aussi Article réservé à nos abonnés Guerre en Ukraine : les silences du pape François sur la Russie

Le premier apparaît dès le titre de ce document : ce qui prime, c’est l’annonce de l’Evangile. La nouvelle Constitution « se propose de mieux harmoniser l’exercice actuel du service de la curie avec le chemin d’évangélisation que l’Eglise ». Les autres dimensions, y compris les questions de doctrine, doivent être au service de cette finalité première. Du reste, la congrégation pour la doctrine de la foi, jusqu’ici considérée comme le premier des dicastères, est placée au même rang que tous les autres, « tous juridiquement égaux ». Mais dans l’ordre des articles, c’est le dicastère pour l’évangélisation qui vient le premier, juste après la secrétairerie d’Etat, qui coordonne les différents départements. En outre, et c’est aussi nouveau, elle sera présidée par le pape lui-même.

Le second principe central pour le pape François est ce que l’Eglise appelle la « synodalité », c’est-à-dire, en quelque sorte, la capacité à travailler collectivement. Cette dimension fait d’ailleurs actuellement l’objet d’une vaste consultation dans l’Eglise, qui trouvera son aboutissement en 2023. Cette synodalité va de pair avec le troisième principe, celui d’une certaine décentralisation en faveur des conférences épiscopales et de leurs unions régionales ou continentales. Le pape argentin répète, depuis des années, que la curie doit être « au service » du pape, bien sûr, mais aussi à celui des évêques. La nouvelle Constitution reprend ce terme.

Il vous reste 44.5% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.



Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published.