Politics

Le gouvernement américain accorde 127,5 millions de dollars à des victimes de la tuerie du lycée de Parkland


Des manifestants participent à la « Marche pour nos vies » en faveur d’un meilleur encadrement des armes à feu, à Chicago, le 24 mars 2018.

Le ministère américain de la justice a annoncé, mercredi 16 mars, qu’il verserait 127,5 millions de dollars (115 millions d’euros) à des victimes de la fusillade du 14 février 2018 dans un lycée de Parkland, en Floride, dans le cadre d’un accord qui résout 40 plaintes liées aux manquements supposés de la police fédérale avant le drame. Toutefois, cet accord « n’est pas une reconnaissance de culpabilité des Etats-Unis », a annoncé le ministère dans un communiqué, sans donner plus de détails.

Le 14 février 2018, Nikolas Cruz, 19 ans, avait ouvert le feu avec un fusil semi-automatique AR-15 dans le lycée Marjory-Stoneman-Douglas à Parkland, dont il avait été exclu l’année précédente. Il avait fait dix-sept morts (quatorze élèves et trois membres du personnel du lycée) et une quinzaine de blessés, dans ce qui fut l’un des pires massacres commis en milieu scolaire aux Etats-Unis. En octobre, il a plaidé coupable et un jury devra déterminer sa sentence à l’issue d’un procès en avril. Les procureurs ont l’intention de requérir la peine de mort.

Lire aussi Article réservé à nos abonnés Aux Etats-Unis, la reprise des fusillades relance le débat sur le contrôle des armes à feu

Parallèlement au dossier pénal, plusieurs familles de victimes et des survivants avaient porté plainte au civil contre les Etats-Unis, accusant le FBI de ne pas avoir suivi deux « tuyaux » l’informant de la dangerosité du jeune homme. Quarante jours avant le drame, une femme le connaissant avait appelé la police fédérale pour dire qu’il était prêt « d’exploser ». Il « va se glisser dans une école et commencer à tirer », avait-elle craint.

« Le FBI n’avait rien fait » de ces informations, selon leur plainte. « A cause de sa négligence, Cruz a été capable de tuer dix-sept élèves et professeurs », ajoutaient les plaignants dans leur demande de dommages et intérêts.

Antécédents psychiatriques

Cinq mois avant les faits, le propriétaire d’une chaîne YouTube avait également signalé un commentaire laissé sous une de ses vidéos dans lequel un internaute du nom de « nikolas cruz » avait affirmé qu’il deviendrait « un tireur scolaire professionnel ». Des agents du FBI avaient interrogé le propriétaire de la chaîne sans établir de lien avec M. Cruz. Malgré de lourds antécédents psychiatriques, le jeune homme avait aussi pu acheter légalement un fusil d’assaut.

Le drame de Parkland avait suscité une immense émotion dans tous les Etats-Unis, et une mobilisation historique avait été menée par plusieurs jeunes survivants et les parents de victimes. Elle avait culminé le 24 mars 2018 quand la « Marche pour nos vies » avait rassemblé 1,5 million de personnes à travers le pays, la plus grande manifestation nationale pour un meilleur encadrement des armes à feu de toute l’histoire des Etats-Unis, faisant entrevoir à certains la possibilité d’une évolution législative.

Il n’en a rien été, et les ventes d’armes à feu ont au contraire augmenté ces dernières années aux Etats-Unis, notamment durant la pandémie de Covid-19.

Les tueries de masse restent un fléau dans le pays, mais les blocages au Congrès, sous l’influence du lobby des armes, rendent improbable toute avancée majeure sur le sujet.

Lire aussi Un an après la tuerie de Parkland, le contrôle des élèves s’accroît, pas celui des armes à feu

Le Monde avec AFP



Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published.

close