Politics

La police diffuse deux nouvelles photos du policier en fuite, suspecté d’un féminicide


Deux nouvelles photos du policier en fuite, suspecté d’avoir tué sa compagne fin janvier à Paris, ont été diffusées.

La police a diffusé samedi un nouvel appel à témoin avec deux nouvelles photos du policier soupçonné d’avoir tué sa compagne fin janvier à Paris et recherché depuis trois semaines. Sur la première photo, Arnaud B. apparaît le crâne et la barbe rasés de près, vêtu d’un t-shirt bordeaux avec des lunettes de soleil accrochées au niveau du col.

Sur la seconde, le policier a les cheveux courts et le visage caché par un masque anti-Covid. Dans le premier appel à témoin diffusé le 10 février, le suspect avait la barbe noire, les cheveux rasés et il était vêtu d’un tee-shirt noir.

Ce nouvel appel a témoin a été décidé par la juge d’instruction Camille Laurens, en charge du dossier et qui a confié les investigations au 2e district de la police judiciaire parisienne. Le texte invite à «ne pas intervenir mais prévenir la police immédiatement» via un numéro vert, 0800 00 27 08 (7j/7, 24h/24), ou par courriel à pppj-appelatemoin@interieur.gouv.fr.

L’appel à se rendre de son père

Le gardien de la paix de 29 ans est recherché depuis le 28 janvier, jour de la découverte dans son appartement du XIXe arrondissement de Paris du corps de sa compagne, âgée de 28 ans et décédée par strangulation, selon l’autopsie. Le corps avait été découvert dans la salle de bain par des policiers parisiens venus au domicile du suspect, affecté au Blanc-Mesnil (Seine-Saint-Denis).

«Peu de temps après les faits», un retrait de 1.500 euros a été effectué avec sa carte bancaire à Breteuil (Oise), une commune située à une centaine de kilomètres de Paris, selon une source judiciaire. Sa voiture, son arme de service et ses deux chargeurs ont été retrouvées les 11 et 12 février à Amiens sur le parking d’un fast-food.

Son père lui a demandé vendredi de se «rendre sans délai», invitant également les personnes qui ont pu l’aider dans sa fuite à se manifester, dans une interview accordée à BFMTV.

Toute reproduction interdite



Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published.

close