Sports

La course au MVP | Joel Embiid et James Harden, le nouveau duo dominant en NBA ?


Depuis maintenant dix ans, Basket USA vous propose chaque mardi son Top 5 des candidats au trophée de « Most Valuable Player (MVP) ». À la lumière des prestations tonitruantes de Joel Embiid et James Harden, pour les débuts de leur association à Philadelphie, nous avons décidé d’évoquer cette semaine les meilleurs duos actuellement constitués en NBA.

D’autant que, à Chicago, la question a récemment été posée à Zach LaVine, qui n’a pas hésité avant d’y répondre…

« Personnellement, je pense que nous sommes le meilleur duo de NBA », estimait ainsi l’arrière All-Star, concernant son duo avec DeMar DeRozan, dans les colonnes de NBC Sports. « Et, ce, compte tenu de là où nous en sommes au classement et du niveau de jeu que nous affichons. En démarrant la saison, des gens se faisaient des idées sur nous et notre équipe, mais je pense que nous avons prouvé qu’ils avaient tort. Et je pense que nous allons continuer de grandir et de nous améliorer. »

Statistiquement, DeMar DeRozan et Zach LaVine dominent

Dans les chiffres, Zach LaVine a des arguments puisque son tandem avec DeMar DeRozan est tout simplement le plus prolifique de NBA au scoring, depuis le début de saison : 52.7 points par rencontre !

Uniquement lorsqu’on tient compte du critère d’éligibilité requis pour apparaître dans le classement des meilleurs marqueurs de la ligue, qui impose d’avoir disputé au moins 70% des matchs de son équipe. Ce qui élimine Kevin Durant, Kyrie Irving et Anthony Davis.

Les duos les plus prolifiques au scoring, cette saison
(avec respect des critères d’éligibilité)

52.7 — DeMar DeRozan (28.2) + Zach LaVine (24.5) — Bulls
52.5
— Joel Embiid (29.8) + James Harden (22.7) — Sixers
49.4 — Jayson Tatum (25.7) + Jaylen Brown (23.7) — Celtics
48.9 — Giannis Antetokounmpo (29.4) + Khris Middleton (19.5) — Bucks
47.0 — LeBron James (29.0) + Russell Westbrook (18.2) — Lakers

Les duos les plus prolifiques au scoring, cette saison
(sans respect des critères d’éligibilité)

54.4 — Kevin Durant (29.3) + Kyrie Irving (25.1) — Nets
52.7 — DeMar DeRozan (28.2) + Zach LaVine (24.5) — Bulls
52.5 — Joel Embiid (29.8) + James Harden (22.7) — Sixers
52.1 — LeBron James (29.0) + Anthony Davis (23.1) — Lakers
49.4 — Jayson Tatum (25.7) + Jaylen Brown (23.7) — Celtics

Pour autant, même si la paire DeMar DeRozan — Zach LaVine est aussi rayonnante offensivement, peut-on réellement la désigner dès à présent comme la meilleure de NBA, sans qu’elle n’ait pour le moment participé une seule fois aux playoffs ? D’autant que, lorsque les Bulls affrontent l’une des équipes du Top 4 de l’Ouest ou de l’Est, ils affichent un horrible bilan de 1 victoire et 12 défaites

À Milwaukee et Phoenix, les résultats collectifs sont là

Par conséquent, privilégier un duo Giannis Antetokounmpo — Khris Middleton, certes décevant collectivement mais qui est allé gagner le titre avec les Bucks en 2021, est loin d’être aberrant. Idem pour le tandem Chris Paul — Devin Booker, finaliste NBA la saison dernière et particulièrement « clutch » avec les Suns, en 2021/22.

Naturellement, les paires LeBron James — Anthony Davis et Kevin Durant — Kyrie Irving auraient pu, ou auraient plutôt dû, se mêler à la discussion. Problème : celle des Lakers ne décolle pas au classement, en plus d’accumuler les pépins physiques, tandis que celle des Nets squatte également l’infirmerie ou n’est pas autorisée à jouer toutes les rencontres de son équipe.

Ce qui permet au duo Jayson Tatum – Jaylen Brown –que certains aimeraient pourtant voir séparé– de s’inviter dans la course au meilleur « one-two punch » du pays. Il faut dire que les Celtics commencent enfin à remporter des matchs, alors que les « Jay’s » cohabitent depuis bientôt cinq ans dans le Massachusetts.

Une ancienneté rare, agrémentée de quelques parcours longue durée en playoffs (deux finales de conférence), avec laquelle peu de joueurs peuvent rivaliser. Si ce n’est le tandem Stephen Curry – Klay Thompson, dont le retour au premier plan est pour l’heure ralenti par la crise d’adresse de Curry et les sensations pas complètement retrouvées de Thompson.

Bientôt deux MVP’s dans la même équipe ?

Dans cette ligue où l’identité du meilleur duo n’est donc pas forcément évidente, Joel Embiid et James Harden pourraient ainsi en profiter pour prendre toute la lumière et grimper au sommet de ce classement honorifique.

D’autant que, si Joel Embiid venait à profiter de l’arrivée de James Harden pour être élu MVP 2022, comme nous l’imaginons à l’instant T, la paire Embiid/Harden serait la 20e de l’histoire à être composée de deux joueurs dotés d’un statut MVP.

Ces MVP’s ont fait équipe, après leurs sacres respectifs

Bill Russell — Bob Cousy (Celtics)
Kareem Abdul-Jabbar — Oscar Robertson (Bucks)
Bob McAdoo — Dave Cowens (Celtics)
Kareem Abdul-Jabbar — Bob McAdoo (Lakers)
Julius Erving — Bob McAdoo (Sixers)
Moses Malone — Bob McAdoo (Sixers)
Moses Malone — Julius Erving (Sixers)
Larry Bird — Bill Walton (Celtics)
Magic Johnson — Kareem Abdul-Jabbar (Lakers)
Hakeem Olajuwon — Charles Barkley (Rockets)
David Robinson — Moses Malone (Spurs)
Tim Duncan — David Robinson (Spurs)
Shaquille O’Neal — Karl Malone (Lakers)
Kobe Bryant — Steve Nash (Lakers)
Kevin Durant — Stephen Curry (Warriors)
LeBron James — Derrick Rose (Cavaliers)
James Harden — Russell Westbrook (Rockets)
Kevin Durant — James Harden (Nets)
LeBron James — Russell Westbrook (Lakers)

Bien sûr, une telle association n’est pas automatiquement synonyme de sacre, car il faut savoir que ces différents MVP’s ne se sont pas tous associés à l’apogée de leur carrière.

Certains tandems sont néanmoins parvenus à aller jusqu’au titre, à l’instar de Kareem Abdul-Jabbar et Oscar Robertson en 1971, de Moses Malone et Julius Erving en 1983, de Magic Johnson et Kareem Abdul-Jabbar en 1987 puis 1988, de Tim Duncan et David Robinson en 1999 puis 2003, ou encore de Kevin Durant et Stephen Curry en 2017 puis 2018.

Quelques exemples venus tout droit de Milwaukee, Philadelphie (justement…), Los Angeles, San Antonio et Golden State, auxquels doivent donc se référer Joel Embiid et James Harden, s’ils venaient à greffer leurs deux noms à cette prestigieuse liste.

Le chemin ne sera évidemment pas tout tracé, surtout à l’Est, mais compte tenu de sa complicité naturelle sur le parquet, de sa complémentaire indéniable, de son entente affichée en dehors du terrain et des joueurs qui l’entourent, ce nouveau duo « EmBeard » semble armé pour tutoyer les étoiles. Et ainsi ramener le trophée Larry O’Brien en Pennsylvanie, 39 ans après le dernier, glané par la paire Malone/Erving…

1 – Joel Embiid (Sixers)
Bilan : 37 victoires, 23 défaites – 3e à l’Est.
Matchs : 48 disputés sur 60 possibles.
Stats : 29.8 pts, 11.1 reb, 4.4 pds, 1.0 int, 1.5 ctr et 2.9 pdb en 33 min.
Pourcentages : 49% aux tirs, 37% à 3-pts et 82% aux lancers.

2 – Nikola Jokic (Nuggets)
Bilan : 36 victoires, 25 défaites – 6e à l’Ouest.
Matchs : 55 disputés sur 61 possibles.
Stats : 25.5 pts, 13.8 reb, 8.0 pds, 1.4 int, 0.7 ctr et 3.7 pdb en 33 min.
Pourcentages : 57% aux tirs, 36% à 3-pts et 81% aux lancers.

3 – DeMar DeRozan (Bulls)
Bilan : 39 victoires, 23 défaites – 2e à l’Est.
Matchs : 58 disputés sur 62 possibles.
Stats : 28.2 pts, 5.3 reb, 5.0 pds, 0.9 int, 0.3 ctr et 2.3 pdb en 36 min.
Pourcentages : 52% aux tirs, 36% à 3-pts et 86% aux lancers.

4 – Ja Morant (Grizzlies)
Bilan : 43 victoires, 20 défaites – 3e à l’Ouest.
Matchs : 49 disputés sur 63 possibles.
Stats : 27.6 pts, 5.9 reb, 6.6 pds, 1.2 int, 0.4 ctr et 3.4 pdb en 33 min.
Pourcentages : 50% aux tirs, 34% à 3-pts et 75% aux lancers.

5 – Giannis Antetokounmpo (Bucks)
Bilan : 36 victoires, 25 défaites – 5e à l’Est.
Matchs : 51 disputés sur 61 possibles.
Stats : 29.4 pts, 11.4 reb, 6.0 pds, 1.0 int, 1.4 ctr et 3.3 pdb en 33 min.
Pourcentages : 55% aux tirs, 30% à 3-pts et 73% aux lancers.

Mentions : Luka Doncic (Mavericks), Stephen Curry (Warriors), Chris Paul (Suns), Devin Booker (Suns)…





Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published.