Politics

Joe Biden promet des « mesures économiques supplémentaires rapides et sévères » en cas d’annexions de territoires par la Russie


Paris lance une série d’initiatives pour préserver l’accès aux engrais

La France, associée à la Commission européenne et à l’Union africaine, a lancé une série d’initiatives afin de faciliter l’accès des pays les plus vulnérables aux engrais, menacé par la guerre en Ukraine, a détaillé l’Elysée dans un communiqué, vendredi.

Ces initiatives ont été décidées en marge de la 77e Assemblée générale des Nations unies, le 16 septembre, à New York. D’ici au sommet du G20, qui se tiendra les 15 et 16 novembre à Bali, l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) et l’Organisation mondiale du commerce (OMC) vont dresser une cartographie des « restrictions à l’exportation » ainsi que des « besoins en engrais et goulots d’étranglement de la production ».

Cette cartographie permettra de « formuler des propositions concrètes à l’intention des chefs d’Etat et de gouvernement » du G20.

La plate-forme africaine d’échanges en ligne ATEX va par ailleurs mutualiser les demandes des pays africains afin de « réduire les prix et acheter en priorité des produits africains ».

Les pays vulnérables vont aussi être soutenus financièrement par une « réallocation des droits de tirage spéciaux (DTS) » du Fonds monétaire international (FMI), la « prise en compte des risques de change » et des « solutions logistiques à bas coût » par l’intermédiaire du Programme alimentaire mondial (PAM).

Une réunion des producteurs d’engrais sera par ailleurs organisée à Paris en amont du sommet du G20 afin d’« intensifier la production aussi vite que possible ».

Les prix des engrais de synthèse (à base d’azote, de phosphore ou de potasse) ont triplé depuis un an et demi, à la suite des perturbations de l’offre de la Russie, qui en était le premier exportateur mondial, et de la flambée des cours du gaz, essentiel pour leur fabrication.

La Russie, puissance céréalière mondiale, se plaint de son côté de ne pas pouvoir vendre sa production et ses engrais en raison des sanctions occidentales touchant notamment les secteurs financiers et logistiques.



Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published.