Politics

Gadgets pour mieux dormir: beaucoup de marketing, pas assez de science


La société moderne a un problème de sommeil. Stress, caféine, distractions, et surtout écrans: nous dormons collectivement de moins en moins. Alors qu’il est recommandé aux adultes de dormir sept à huit heures par nuit, nombreux sont ceux qui atteignent rarement cet idéal.

Un certain nombre d’entreprises ont vu dans ce manque de sommeil une opportunité. Applications pour traquer son sommeil, gadgets de santé, literie connectée, réveils high-tech… Il existe désormais une réelle industrie de l’aide au sommeil.

Comme le rapporte The Economist, le cabinet d’analyse de marché Global Market Insights estime qu’en 2020, les revenus de cette industrie pesaient pas moins de 12,5 milliards de dollars (11 milliards d’euros). Le même cabinet projette que cette somme devrait tripler d’ici cinq ans.

Parmi les poids lourds de la sleep tech, se trouve Oura, une start-up qui propose un anneau bardé de capteurs à porter au doigt pendant la nuit qui, pour 314 euros, est capable analyser toutes les phases du sommeil de son porteur. Oura est évaluée à un milliard de dollars.

Les grandes entreprises de la tech ont aussi senti le bon filon. Philips, Huawei, Samsung, Apple… toutes disposent d’une panoplie de logiciels et de gadgets qui promettent, au choix, d’empêcher de ronfler, de se réveiller à l’heure parfaite, de reposer ses yeux, et globalement d’améliorer son sommeil.

Marketing avant tout

Le problème, comme le souligne The Economist, est que la mode autour de ces gadgets semble plus basée sur son marketing efficace que sur des preuves scientifiques. Nombre de spécialistes du sommeil restent perplexes quant au sérieux des méthodes employées. Souvent, rien n’indique qu’elles aient été scientifiquement testées sur suffisamment de patients et en regard de placebos.

Démarchées par Ingo Fietze, un spécialiste du sommeil de l’hôpital universitaire de Charité, à Berlin, ni Samsung ni Huawei n’ont tenu à communiquer les méthodes exactes d’analyse du sommeil de leurs smart-watch. «Aucun gadget ne peut vous faire mieux dormir», estime Fietz. Au mieux, ils peuvent aider à détecter un problème de sommeil, mais pas le résoudre.

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

D’ailleurs les consommateurs ne s’y trompent pas longtemps. D’après une étude de Rock Health, un fonds d’investissement spécialisé dans les technologies de santé, 40% des personnes ayant acheté un gadget à porter pendant la nuit «abandonnent leurs dispositifs» après avoir constaté qu’il ne sert à rien.



Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published.

close