Politics

Eric Zemmour s’affiche avec Nicolas Bay, transfuge du Rassemblement national


Arrivée d’Eric Zemmour et de Nicolas Bay à Port-en-Bessin-Huppain (Calvados), le 19 février 2022.

En campagne électorale, il est d’usage de s’afficher fièrement avec ses ralliements. Eric Zemmour ne déroge pas à la règle en se rendant en Normandie, samedi 19 février, accompagné de l’ancien porte-parole de Marine Le Pen et élu de la région, Nicolas Bay.

Lire notre récit : Article réservé à nos abonnés Le ralliement de Nicolas Bay à Eric Zemmour se concrétise sur fond de guerre ouverte avec Marine Le Pen

Catholique pratiquant, plus conservateur sur les questions sociétales et plus libéral en économie que Mme Le Pen, l’eurodéputé a claqué la porte du Rassemblement national (RN) avec fracas cette semaine, reprochant au parti ses « dérives sectaires ». Il a aussi porté plainte pour diffamation contre le RN, qui l’accuse d’avoir « transmis des éléments stratégiques et confidentiels » à M. Zemmour, un « sabotage » qu’il conteste. Après Jérôme Rivière, Gilbert Collard et Maxette Pirbakas, il est le quatrième eurodéputé RN à rejoindre le rival de Mme Le Pen. Dans cette guerre fratricide à l’extrême droite, le RN a aussi perdu son unique sénateur, Stéphane Ravier, figure du parti dans les Bouches-du-Rhône.

Eric Zemmour avec Nicolas Bay et Guillaume Peltier, à Port-en-Bessin-Huppain (Calvados), le 19 février 2022.

« Les accusations mensongères du RN sont destinées à me salir. Je n’ai pas fait preuve de duplicité, j’ai fait preuve de sincérité », a souligné M. Bay, samedi, à Port-en-Bessin-Huppain (Calvados), où M. Zemmour a rencontré des pêcheurs, avant de se rendre à Pontorson (Manche), près du Mont-Saint-Michel, pour un meeting en plein air, où il évoquera « la puissance française », selon son équipe de campagne.

« Une question de civilisation »

Samedi, le candidat de Reconquête !, également accompagné de Guillaume Peltier – exclu des Républicains (LR) à la suite de son ralliement –, a commencé sa journée normande par un rendez-vous matinal avec des pêcheurs de Port-en-Bessin-Huppain pour évoquer l’impact du Brexit, les difficultés administratives et les éoliennes qu’il juge « laides » et « inutiles », sur terre comme au large. En redescendant d’un bateau baptisé Le Grand-Charles, le candidat a dit aux pêcheurs qu’ils étaient coincés entre « les Verts, des gauchistes extrémistes », et le gouvernement « technocratique ». « Il faut défendre vos moyens de subsister, mais aussi un art de vivre. C’est une question de civilisation », a-t-il ajouté.

Lire aussi Article réservé à nos abonnés Valérie Pécresse « trace sa route », après son meeting au Zénith et les violentes critiques

Il va également tenter de profiter des difficultés actuelles de Valérie Pécresse et de Mme Le Pen, qui ont vécu une semaine compliquée, marquée par les critiques internes et les défections dans leur propre camp. Au Cannet (Alpes-Maritimes), vendredi soir, la candidate LR a tenté de faire oublier son meeting raté du 13 février à Paris. « Il y a des tempêtes et des bourrasques, mais je suis une femme libre et indomptable. Je suis sereine dans la tempête, je garderai le cap jusqu’à l’Elysée », a-t-elle notamment lancé.

Valérie Pécresse, la candidate des Républicains, lors de son meeting au Cannet (Alpes-Maritimes), le 18 février 2022.

« Une présidentielle n’est pas un jeu de télé-réalité »

De son côté, Mme Le Pen était à Vienne (Isère) pour évoquer son programme en matière de pouvoir d’achat. Après deux ans de crise sanitaire, « plus aucun segment de la population n’est à l’abri de la précarité », a-t-elle regretté. « Baisse de la fiscalité sur l’énergie, suppression de l’impôt sur le revenu pour les moins de 30 ans, baisse de la fiscalité pour les familles : je l’ai dit, je le répète, je serai la présidente du pouvoir d’achat », a-t-elle affirmé.

La candidate du RN en a également profité pour s’en prendre à son concurrent d’extrême droite. « Une élection présidentielle n’est pas un jeu de télé-réalité. Nous n’entendons pas seulement nous faire les interprètes d’une nostalgie française, mais inventer et édifier la France de demain », a-t-elle insisté, à sept semaines de l’élection présidentielle, dont le premier tour aura lieu le 10 avril.

Voir le comparateur : Comparez les programmes des principaux candidats

Le Monde avec AFP



Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published.

close