Politics

Emmanuel Macron annonce des mesures pour les mères célibataires


Emmanuel Macron, à Aubervilliers, le 17 mars 2022.

C’est une leçon de la crise des « gilets jaunes » qu’a manifestement bien retenue Emmanuel Macron. En avril 2019, à l’issue du grand débat qui s’était tenu pour répondre aux revendications exprimées lors de ce mouvement de protestation massif, le chef de l’Etat avait annoncé des mesures pour améliorer le quotidien des mères célibataires. Il s’agissait alors de lutter contre les impayés de pensions alimentaires, en réformant leur système de recouvrement, manifestement défaillant.

Trois ans plus tard, le président candidat à sa réélection s’est une nouvelle fois adressé aux quelque deux millions de familles monoparentales – dont 82 % sont dirigées par des femmes. « Je veux vraiment porter des progrès très concrets pour justement les familles monoparentales, et en particulier les mères célibataires », a-t-il déclaré lors de la conférence de presse de présentation de son programme, jeudi 17 mars, leur promettant « plusieurs réformes très importantes ».

Lire aussi Emmanuel Macron a dévoilé les principales propositions de son programme présidentiel

La première, déjà évoquée le 6 janvier au congrès de la Fédération des acteurs de la solidarité, consiste en la création d’un « droit à la garde d’enfant opposable ». Une idée venue des pays nordiques, reposant sur un mécanisme d’indemnisation en cas d’absence de solution de garde, qui figurait notamment dans un rapport remis au gouvernement en octobre 2021, lors de la conférence des familles.

« Mesures isolées »

La création d’un tel dispositif concernera « toutes les familles », à la différence des deux autres mesures énoncées jeudi, celles-ci destinées spécifiquement aux mères célibataires. Il s’agit de l’extension du complément de libre choix du mode de garde pour les enfants de 6 à 12 ans de ces familles, alors que cette aide financière partielle s’interrompt pour les autres au sixième anniversaire. Autre mesure annoncée en cas de nouveau quinquennat d’Emmanuel Macron : l’augmentation de 50 % de l’allocation de soutien familial versée sous conditions au parent qui élève seul un enfant, « en passant de 116 euros à 174 euros par enfant ».

Lire aussi Dans le cortège du 8-Mars, les manifestantes dénoncent le « bla-bla-bla » du quinquennat d’Emmanuel Macron

Cette dernière mesure est l’une des revendications des associations familiales, et notamment de la Fédération syndicale des familles monoparentales. Jointe par Le Monde, sa secrétaire générale, Cathy Ngangue, concède qu’elle « répond à [ses] attentes », mais insiste sur la nécessité de « prendre en considération de manière globale » tous les freins rencontrés par les familles monoparentales au quotidien, dont 35 % travaillent à temps partiel et 15 % sont sans emploi. Faute de quoi, « ces mesures isolées ne seront que des pansements sur des fractures », prévient la porte-parole. Une critique qui fait singulièrement écho à celle des associations féministes sur la lutte contre les violences conjugales et en faveur de l’égalité. Sur ce volet, Emmanuel Macron a simplement annoncé son intention de faire de nouveau de la lutte pour l’égalité entre les femmes et les hommes la grande cause de son quinquennat, en cas de réélection, sans plus de précision.



Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published.