Politics

dans le nord de la France, Valérie Pécresse mise tout sur la sécurité


Publié le :

Après plusieurs jours d’isolement en raison de sa contamination au covid-19, Valérie Pécresse faisait son retour sur le terrain ce mardi 29 mars dans le nord de la France. En compagnie de Xavier Bertrand, la candidate de la droite a tenté de relancer sa campagne en berne en allant à la rencontre de chefs d’entreprises près de Lille et en parlant sécurité et lutte contre l’islamisme aux habitants d’un quartier pauvre de Roubaix. 

Valérie Pécresse espérait une bonne reprise de campagne après cinq jours d’isolement lié au coronavirus, mais devant les entrepreneurs du « Flandres Business Club », le fondateur Olivier Talbert la mitraille de questions gênantes, voire sexistes : « Quand on a une femme aussi connue que vous, comment votre mari vit-il cette notoriété ? » Il ressort même une vidéo d’elle datant des régionales de 2010 : « Rien de tel qu’une femme pour faire le ménage ! » La candidate LR se défend. « Les amis, si vous n’avez pas fait une bourde dans les 12 dernières années, alors jetez- moi la première pierre ! », sourit-elle, avant de tenter de parler débureaucratisation, baisse de charges et réduction de la dette.

Sécurité partout, social nulle part

Puis, changement de décor radical, la voilà à Roubaix qu’un reportage controversé a dépeint en symbole de la montée de l’islamisme, dans la rue pour discuter avec des habitants. Certains dénoncent : « Il y a des dealers partout », parlent de « déchetterie », et un homme l’apostrophe : « Moi j’attends de la fermeté ». ‬À Valérie Pécresse de plaider : « C’est vraiment ce que je souhaite, avec la police municipale obligatoire, avec de la vidéosurveillance, avec l’impunité zéro ».

 ‬À écouter aussi : La campagne présidentielle passe aussi par les influenceurs

Sécurité et identité, des maîtres mots pour Valérie Pécresse : « Je veux que la République soit toujours chez elle, je veux que ceux qui luttent contre l’islamisme sachent que je serai toujours à leurs côtés. » Elle puise dans les fondamentaux de la droite pour faire mentir les sondages : « Il faut mettre plus de police… », mais plusieurs riverains la ramènent à la réalité sociale : « Oui et non, s’il y a du boulot et du social, c’est bon. »

Sur le trottoir d’en face, des ouvriers du bâtiment observent, désabusés. Le 10 avril, ils n’iront pas voter.

Douze candidats sont en lice pour l'élection présidentielle française 2022.
Douze candidats sont en lice pour l’élection présidentielle française 2022. © Studio graphique FMM

...
© Studio graphique FMM



Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published.

close