Politics

Coupable d’avoir volé 5 millions d’euros de diamants, elle paye juste 300 euros d’amende


Reconnue coupable d’avoir dérobé pour 4,2 millions de livres sterling (5 millions d’euros) de diamants, soit l’un des plus grands vols de bijoux de l’histoire du Royaume-Uni, une femme a été condamnée à une amende de… 244 livres sterling, soit 293,57 euros.

En 2016, une sexagénaire du nom d’Anna se présente chez le luxueux joaillier Boodles, dans le très chic quartier Mayfair, à Londres, peuplé d’ambassades et de grands hôtels. Experte en diamants, Anna est envoyée par de riches clients russes afin d’évaluer sept pierres qui intéressent ses employeurs.

Le rendez-vous terminé, les joyaux sont replacés dans un sachet déposé dans le coffre du bijoutier et l’experte est fouillée à la sortie. Seulement, lorsque le sachet est ouvert le lendemain, il ne contient plus qu’une poignée de vulgaires graviers.

En réalité, les clients russes n’ont jamais existés et «Anna» était Lulu Lakatos, une voleuse professionnelle. Les images de surveillance de la bijouterie montrent qu’alors qu’elle n’était à quelques centimètres d’une employée de Boodles, Lakatos a discrètement échangé les diamants contre des cailloux, les a placées dans un compartiment dissimulé de son sac puis a rapidement remis son butin à une femme à l’extérieur de la bijouterie.

Finalement, Lakatos a été arrêtée en France puis extradée en Angleterre, reconnue coupable et condamnée à cinq ans et demi de prison. Financièrement par contre, justice britannique n’a pu condamner la voleuse qu’à payer l’argent qu’elle avait sur elle lors de son arrestation, soit moins de 300 euros.

Piégés par la vidéosurveillance

Ce sont les caméras de surveillances, omniprésentes dans la capitale anglaise, qui ont fait dérailler un coup pourtant organisé au millimètre. Arrivée dans le pays la veille du vol, Lakatos a été aperçue dans un hôtel londonien puis en repérage devant la bijouterie avec plusieurs complices. Trois heures après les faits, les compères étaient déjà en route pour Saint-Brieuc, en Bretagne, où elle résidait.

Lors du procès, la voleuse a tenté sans succès de faire porter le chapeau à sa petite soeur, décédée en 2019. En effet Liliana Lakatos était recherchée en Suisse pour un tour de passe-passe très similaire. Cet fois-là, c’était une enveloppe de 400.000 euros en liquide qui avait été échangée contre des morceaux de papier au beau milieu d’une banque.

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

Deux hommes impliqués dans le vol londonien ont eux aussi été retrouvés et condamnés à trois ans et huit mois de prison chacun. Les diamants par contre, n’ont jamais refait surface.



Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published.

close