Sports

Ayo Dosunmu, la surprise permanente des Bulls


Même un moins bon match, comme quasiment l’intégralité de ses coéquipiers, à Sacramento, ne peut pas freiner les éloges que Ayo Dosunmu reçoit semaine après semaine, depuis le début de saison régulière.

Dans la victoire contre les Cavaliers par exemple, le match avant la défaite contre les Kings, sa défense sur Darius Garland fut remarquable. Neuf fois, le All-Star de Cleveland a tenté sa chance face à Ayo Dosunmu. Il n’a trouvé la cible qu’une seule fois…

« Quiconque vous disant qu’il savait à quoi s’attendre avec lui serait un menteur », confesse un dirigeant des Bulls à nos confrères d’ESPN.

Le parcours de l’arrière est effectivement assez unique. Avant la Draft, les Bulls étaient intéressés par son profil et, pour ne rien gâcher, c’était un enfant de Chicago. Sauf que le vice-président de la franchise, Arturas Karnisovas, lui soulignait lors de leur entretien que les Bulls avaient « seulement le 38e choix ».

La franchise pensait donc qu’il ne serait plus disponible à cet instant. Puis la soirée s’écoule, les choix aussi et on arrive au second tour de la Draft. Ayo Dosunmu est toujours une option possible et ça discute au sein des dirigeants. Faut-il le prendre ou miser sur quelqu’un d’autre ?

« Ce qu’il a été capable de faire, l’impact qu’il a eu sur notre équipe pour nous aider à gagner des matches, ça a été hallucinant »

Finalement, après avoir attendu longtemps d’être appelé, il est bien sélectionné par les Bulls. « Il n’y a pas 37 joueurs meilleurs que moi », avait-il déclare le soir de la Draft. « Chaque jour, ça me motive. 37 joueurs ont été choisis devant moi. »

Il débarque certes motivé, mais dans une franchise très ambitieuse. Elle vient de recruter Lonzo Ball, Alex Caruso et DeMar DeRozan, qui évoluent tous à l’arrière. Le 38e choix de la Draft 2021 pourrait donc vivre de longues semaines sur le banc. Mais Billy Donovan le lance immédiatement et il fait rapidement ses preuves.

Ayo Dosunmu joue une vingtaine de minutes par match et tout bascule le 15 janvier. Avec les blessures de Lonzo Ball puis d’Alex Caruso, il est titularisé. Son temps de jeu augmente, ses responsabilités aussi, mais avec son moteur physique digne de Joakim Noah, il enchaîne les bonnes sorties et casse le « rookie wall ».

« Il a été énorme », relate Alex Caruso. « Lonzo est blessé, moi aussi, deux joueurs qui portent la balle. Et on le lance dans cette position, sans doute la plus difficile de la ligue. Il a été impressionnant. »

Depuis deux mois qu’il est titulaire, il tourne à 11.7 points à 54% de réussite au shoot, 6.1 passes décisives et 3.9 rebonds de moyenne en presque 37 minutes.

« On lui en a demandé beaucoup avec les absences de Ball et Caruso », reconnait Billy Donovan. « Je ne prends pas ça pour acquis. C’est un second tour de Draft et habituellement, ils vont en G-League. Ce qu’il a été capable de faire, l’impact qu’il a eu sur notre équipe pour nous aider à gagner des matches, ça a été hallucinant. Il nous donne beaucoup dans une situation très, très difficile. Il a beaucoup à encaisser et s’il n’est pas bon, on dira que c’est normal, qu’il est jeune. Mais il a réponse à tout. »

Ayo Dosunmu Pourcentage Rebonds
Saison Equipe MJ Min Tirs 3pts LF Off Def Tot Pd Fte Int Bp Ct Pts
2021-22 CHI 62 27 53.1 40.6 66.7 0.3 2.6 2.9 3.3 2.3 0.8 1.4 0.4 8.6
Total   62 27 53.1 40.6 66.7 0.3 2.6 2.9 3.3 2.3 0.8 1.4 0.4 8.6



Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published.

close