Politics

Amorce de rebond en vue en Europe mais la fébrilité persiste



PARIS (Reuters) – Les principales Bourses de la zone euro sont attendues en hausse mardi après les replis marqués subis la veille mais le contexte de marché reste dominé par la double menace de la hausse des taux d’intérêt et du ralentissement de la croissance économique.

Les contrats à terme sur indices suggèrent une hausse de 0,55% pour le Dax à Francfort et de 0,49% pour l’EuroStoxx 50 tandis que le CAC 40 à Paris pourrait prendre autour de 0,5% selon les premières indications disponibles. A Londres, le FTSE 100 est en revanche indiqué en repli de 0,13%.

À Wall Street, l’indice phare Standard & Poor’s 500 a fini lundi sous 4.000 points pour la première fois depuis mars 2021 et en Asie, l’indice MSCI des marchés d’Asie-Pacifique hors Japon évolue dans le rouge pour la septième séance d’affilée, au plus bas depuis juillet 2020.

Les hausses de taux décidées la semaine dernière en Australie, aux Etats-Unis et au Royaume-Uni entre autres sont loin d’avoir apaisé les craintes liées à l’inflation et alimentent en revanche celles d’une contraction de l’activité et d’une dégradation des perspectives de bénéfices des entreprises cotées.

La situation sanitaire en Chine, qui perturbe les chaînes d’approvisionnement et fait craindre une baisse marquée de la demande, pèse aussi sur la tendance.

“Hier, on a vu les rendements obligataires et les actions baisser fortement à l’unisson, un mouvement qui pourrait être motivé par la peur de voir l’économie mondiale se diriger vers un ralentissement marqué, la stagflation ou même la récession”, résume Michael Hewson, analyste de CMC Markets. “L’évolution des cours montre que les marchés sont plus préoccupés par ces scénarios que par la hausse des taux.”

LES VALEURS A SUIVRE :

A WALL STREET

La Bourse de New York a fini en forte baisse lundi sur fond d’inquiétudes provoquées par l’inflation et le resserrement de la politique des banques centrales.

L’indice Dow Jones a cédé 1,99%, ou 653,67 points, à 32.245,7 points.

Le S&P-500, plus large, a perdu 132,08 points, soit 3,20%, à 3.991,26, finissant sous les 4.000 points pour la première fois depuis le 31 mars 2021.

Le Nasdaq Composite a reculé de son côté de 521,41 points (-4,29%) à 11.623,25 points, son plus bas niveau de clôture depuis novembre 2020.

La baisse des marchés d’actions a concerné l’ensemble des secteurs mais le repli le plus marqué a touché celui de l’énergie (-8,3%) avec la baisse des cours du pétrole. Apple a perdu 3,08%, la principale contribution à la baisse du Nasdaq et du S&P 500.

Les contrats à terme sur indices suggèrent pour l’instant un rebond d’environ 0,5% pour le Dow et le S&P et d’un peu plus de 1% pour le Nasdaq.

EN ASIE

À la Bourse de Tokyo, l’indice Nikkei perd 0,52% à moins d’une heure de la clôture. Son repli, emmené par les valeurs technologiques, l’a ramené en séance à 25.773,83 points, son plus bas niveau depuis la mi-mars.

Sony, qui doit publier ses résultats après la clôture, cède 3,04%.

En Chine, le SSE Composite gagne 0,74% et le CSI 300 0,78% mais à Hong Kong, l’indice Hang Seng recule de 2,16% après un week-end de trois jours, pénalisé par la chute de plusieurs grosses capitalisations comme Alibaba (-5,04%) ou Tencent (-2,35%).

CHANGES/TAUX

Le dollar cède un peu de terrain face aux autres grandes devises (-0,05%) mais reste proche du nouveau plus haut de 20 ans atteint en séance lundi.

L’euro remonte ainsi à 1,0577 contre moins de 1,05 au plus bas la veille.

Sur le marché obligataire, le rendement des bons du Trésor américain à dix ans évolue tout près de son niveau de clôture de lundi, à 3,0538%. Il était monté en séance à 3,203%, son plus haut niveau depuis novembre 2018.

Le Trésor doit émettre pour 45 milliards de titres à trois ans ce mardi, 36 milliards de titres à dix ans mercredi et 22 milliards à 30 ans jeudi.

PÉTROLE

Le marché pétrolier, qui a vécu lundi sa pire journée depuis mars, continue de reculer face aux inquiétudes pour la demande mondiale, nourries par les confinements prolongés en Chine et le resserrement monétaire dans les pays occidentaux. Son repli est en outre amplifié par la vigueur du dollar.

Le Brent abandonne 0,46% à 105,45 dollars le baril et le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) 0,43% à 102,65 dollars. Ils ont perdu respectivement 5,74% et 6,09% lundi.

(Rédigé par Marc Angrand)



Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published.

close