Politics

A l’avant-poste du changement climatique, la Sibérie en proie à des incendies aggravés par des vents violents


Un pompier travaille à l’extinction d’un incendie dans la colonie de Bely Yar, dans la région de Krasnoïarsk, le 7 mai 2022.

Les scientifiques les appellent les « incendies zombies ». Ces feux de forêt qui semblent ressusciter d’entre les morts, qui couvent sous la neige durant les hivers glacials, avant de repartir en surface au printemps. Aggravés par des vents violents, de nombreux incendies sont en cours dans la région de Krasnoïarsk, en Sibérie orientale.

Ces feux, qui touchent des centaines de bâtiments, ont fait une dizaine de morts, ont rapporté, samedi 7 mai, les autorités locales. Qualifiant la situation de « difficile », les autorités régionales ont instauré l’état d’urgence.

Dans la région de Krasnoïarsk, où l’état d’urgence a été instauré, plus de 450 maisons ont été touchées et au moins cinq personnes sont mortes, ont rapporté les autorités locales. Il y a au moins dix-sept blessés, dont dix hospitalisés. Dans l’oblast de Kemerovo, trois personnes ont été retrouvées mortes dans une habitation brûlée et une enquête pénale a été ouverte. Dans la région d’Omsk, il y a deux morts et huit blessés.

Lire aussi Article réservé à nos abonnés Des étés de plus en plus chauds en Sibérie

Selon les autorités, environ trois cents personnes et plus de quatre-vingt-dix véhicules sont mobilisés pour éteindre les incendies. « L’extinction est compliquée par les conditions météorologiques – des vents violents accélèrent la propagation des incendies et empêchent d’y mettre fin », a fait savoir le ministère des situations d’urgence de la région de Krasnoïarsk. En raison du vent, la lutte contre les flammes ne peut se faire qu’à terre, sans recours à l’aviation.

Des feux très polluants

Une vue de l’établissement de Novokoursk, touché par un incendie dans la région de Krasnoïarsk, le 7 mai 2022.

Après avoir tenu une réunion d’urgence, le gouverneur de la région, Alexandre Ourss, a précisé dans un communiqué que les incendies avaient été provoqués par des vents atteignant dans certaines régions 40 mètres par seconde contre 25 mètres par seconde prévus. Ce vent aurait provoqué « des chutes d’arbres, des chevauchements et des chutes de lignes électriques », à la suite desquels « des incendies se sont déclarés simultanément dans de nombreuses zones du territoire de Krasnoïarsk ».

Il est prévu que les vents conservent cette intensité pendant « au moins quatre à six heures », rapporte le bureau du gouverneur. « Nous avons demandé de l’aide à nos territoires voisins mais nous sommes conscients que cela n’arrivera dans le meilleur des cas que dans quelques heures », a déclaré M. Ourss.

« J’ai donné l’ordre de couper l’électricité sur une partie du territoire de la région, à l’exception des installations de survie, des stations-service et des systèmes d’approvisionnement en eau », a-t-il ajouté. Dans les zones les plus touchées, « des points d’hébergement temporaire seront ouverts et les personnes bénéficieront d’une assistance médicale et psychologique ».

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés En Arctique, la crise climatique favorise des « incendies zombies »

Des incendies sans précédent ravagent depuis plusieurs années la Sibérie. Alors que l’Arctique se réchauffe à un rythme plus de deux fois supérieur au reste du monde, la hausse des températures pourrait entraîner une augmentation des feux hivernaux à l’avenir.

Ce phénomène est d’autant plus inquiétant que les régions arctiques renferment beaucoup de carbone, dans les forêts, dans les sols et dans le pergélisol, ces sols gelés en permanence. En 2021, des feux, notamment dans l’est de la Sibérie, ont relâché 16 millions de tonnes de carbone (quatrième volume le plus élevé depuis le début des mesures en 2003), selon le rapport annuel sur le climat européen. En 2020, les incendies dans l’ensemble du cercle arctique ont émis 244 millions de tonnes d’équivalent CO2, soit l’équivalent des émissions annuelles de l’Espagne.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés Chaleurs extrêmes et feux de forêt : à l’avant-poste du changement climatique, la Sibérie suffoque

Le Monde avec AFP



Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published.